top of page
Rechercher
  • charles Rippe

Accompagner jusqu’au bout.

Cela faisait trois semaines que je me rendais régulièrement au chevet de ma maman.

Trois semaines consacrées au nettoyage de nos âmes, trois semaines pour nous pardonner

nos dernières maladresses enfouies dans les plis de vieux souvenirs et faire de la place au partage du beau. Trois semaines nourries de nos silences et nos sourires.

Trois semaines vivantes, trois semaines où seul comptait l’essentiel.

Ce matin là, tout proche d’elle, ne sachant si elle a conscience de ma présence, je l’entends

murmurer en me tapotant la main: « c’est bien, je t’adore ».

Telles fut ses dernières paroles à mon endroit.

Ces mots simples m’ont profondément touchés. Sorte de baume faisant disparaître subitement ce déficit d’affection mutuelle si peu exprimée ces dernières années.

Je m’entends encore lui répondre, « tranquille, tranquille, tu peux partir tranquille ».

Puis s’en est suivi quelques minutes de prières pour l’aider dans son passage.

Elle a attendu le lendemain pour nous quitter, le temps peut être d’apprécier cette

réconciliation nécessaire à un départ apaisé.

Je l'ai senti en paix, continuant à accompagner sa présence encore agissante.

Le troisième jour, au salon Pagode ou son corps reposait avant la cérémonie religieuse, comme dans un dernier dialogue devant son corps je reçus ce message :


« Que cette expérience d’accompagnement ne soit pas vaine».


en retour je m’entendis répondre :


« Je vais essayer, pour toi, pour moi, pour eux. »


Voilà la densité de ces derniers jours d’accompagnement tels que je les ai vécu, et qui m’habitent encore aujourd’hui.


Merci Maman….

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page