Nous proposons un accompagnement bénévole, à domicile ou en institution, à l'intention de personnes âgées, malades ou en fin de vie, ainsi qu'à leur entourage. Il s'agit d'un accompagnement de proximité qui se met en place suite à une demande de la personne elle même ou d'une personne de son entourage. Nos visites sont généralement hebdomadaires et tiennent compte de la particularité de chaque situation. 

Nous suivons un protocole de visite qui tient compte de la personne dans sa globalité (physique, psycho-affective, sociale et spirituelle). A côté du personnel de santé , des aides à la personne et de la famille, nous apportons une présence chaleureuse et une écoute bienveillante respectueuse de chacun. Tout en gardant notre juste place, nous sommes souvent amenés à être un lien entre toutes ces parties.

 

Nous n'hésitons pas à entrer en intimité avec la personne pour construire une communauté d'expérience qui nous enrichit mutuellement sur le sens à donner à nos vies. Nous pouvons aussi bien rendre de petits services matériels que échanger sur nos croyances et nos valeurs éthiques respectives pendant une balade.

 

Nous ne nous substituons en aucun cas à la famille, aux proches et au corps médico-social et nous ne préconisons aucun comportement alimentaire, médicale ou religieux particulier.

 

Notre accompagnement est gratuit. Nous n'acceptons aucun don personnel

Modalités pratiques​:

  • Tous les accompagnants ont suivi la formation "un autre regard sur la fin de vie humaine".

  • Une post- formation trimestrielle leur est proposée pour rester au contact de toutes les avancées en matière d'accompagnement et de prise en charge de la fin de vie. 

  • Une entraide hebdomadaire a été mise en place sur internet pour un suivi et un soutien de chaque bénévole dans ses accompagnements. 

Vous avez envie de nous rejoindre comme bénévole,

contactez-nous!

"Les vivants ferment les yeux des morts; 

les morts ouvrent les yeux des vivants"

                                                                                   proverbe bulgare